La véritable histoire des perroquets chez les pirates

En plongeant dans l’histoire des pirates, on se pose souvent la question : les pirates avaient-ils vraiment des perroquets sur leurs épaules ? Cette image persistante de marins rebelles accompagnés de ces oiseaux colorés est solidement ancrée dans notre imaginaire collectif, mais qu’en est-il de la réalité de cette représentation ?

L’origine de l’association entre pirates et perroquets

Pour commencer, il faut comprendre d’où nous vient cette idée que les pirates étaient presque systématiquement accompagnés de perroquets. Cet imaginaire populaire provient en fait, en grande partie, de la littérature et du cinéma. Le roman « L’île au trésor » de Robert Louis Stevenson, paru en 1883, est l’un des premiers à mettre en scène un pirate, Long John Silver, accompagné de son perroquet, Capitaine Flint. Plus tard, dans les films de la série « Pirates des Caraïbes », on retrouve également cette image du pirate et de son perroquet coloré.

La réalité historique des perroquets chez les pirates

Derrière l’iconographie, se cache pourtant une réalité historique. Les perroquets étaient présents dans les régions où les pirates naviguaient, notamment dans les Caraïbes. Ces oiseaux exotiques étaient alors considérés comme des marchandises précieuses. Ils étaient capturés pour être vendus en Europe où ils constituaient un symbole de richesse et d’exotisme.

Sans surprise, les pirates profitaient alors de cette manne financière. Il était donc fréquent que, lors de leurs raids, ils saisissent ces animaux. Cependant, ils ne les gardaient pas nécessairement sur leurs épaules. Au contraire, les perroquets étaient avant tout considérés comme des marchandises, utilisés pour le troc ou la vente en vue d’améliorer leurs conditions de vie ou d’acheter des provisions.

L’utilité des perroquets en mer

Ce n’est pas dire pour autant que les pirates ne gardaient jamais de perroquets à bord de leurs navires. En effet, il existait diverses raisons pratiques pour lesquelles un pirate pourrait souhaiter détenir un perroquet.

En premier lieu, un perroquet peut être un compagnon divertissant. Les longs voyages en mer pouvaient être monotones et un perroquet éduqué pouvait aider à rompre l’ennui. De plus, le perroquet a une capacité impressionnante d’imitation des sons humains. Cela signifie qu’il pourrait être utilisé pour transmettre des messages, surtout dans un milieu bruyant comme un navire pirate.

En somme,

Il est erroné de dire que tous les pirates possédaient d’un perroquet mais il est néanmoins vrai que ces bêtes à plumes ont croisé le chemin de bien des flibustiers, que ce soit en tant que source de profit ou de divertissement.

La symbolique du perroquet chez les pirates

Avant d’aller plus loin, il est primordial d’expliquer pourquoi les perroquets sont souvent associés aux pirates dans l’imaginaire collectif. En premier lieu, nous devons comprendre que le perroquet est un animal exotique facilement identifiable. Ces oiseaux aux couleurs vives sont souvent associés à des environnements tropicaux et exotiques, des lieux que les pirates fréquentaient lors de leurs aventures en mer.

C’est le célèbre romancier Robert Louis Stevenson qui a popularisé cette image avec son personnage de Long John Silver dans son roman « L’Île au trésor » publié en 1883. Le pirate y est dépeint avec un perroquet du nom de Capitaine Flint sur son épaule, ce qui a renforcé l’image de l’association pirate/perroquet dans l’imaginaire populaire.

Perroquets et pirates : fiction ou réalité ?

Alors, les pirates avaient-ils vraiment des perroquets ? La réalité est plus nuancée. Certes, il est possible que certains pirates aient gardé des perroquets – non seulement comme compagnons, mais aussi comme objets de prestige ou de commerce, les oiseaux exotiques se vendant très chère à l’époque. Cependant, il est peu probable que les perroquets aient joué un rôle important dans la vie quotidienne des pirates, notamment en raison des difficultés logistiques liées à leur transport et à leur entretien.

Conclusion : entre réalité et mythe

En conclusion, l’image du pirate avec un perroquet posé sur son épaule est en grande partie le résultat d’une fiction romantique. C’est une idée qui a été popularisée par la littérature et le cinéma et qui est devenue un stéréotype très répandu.

Il est vrai que les pirates pouvaient croiser des perroquets au cours de leurs voyages, notamment dans les régions tropicales, et certains d’entre eux pouvaient décider de conserver ces oiseaux exotiques comme animaux de compagnie ou objets de commerce. Cependant, cette pratique était probablement l’exception plutôt que la règle.

En fin de compte, la relation entre les pirates et les perroquets est un exemple fascinant de la façon dont la fiction peut influencer notre perception de la réalité. C’est un sujet qui nous rappelle de toujours questionner les stéréotypes et les clichés, même ceux qui semblent évidents. N’oublions pas que la vérité est souvent plus complexe et plus intéressante que la fiction.

La question de savoir si les pirates avaient vraiment des perroquets est une occasion d’explorer un aspect souvent négligé de l’histoire maritime et de la piraterie, et offre un exemple éclairant de la manière dont les mythes et les réalités peuvent se mêler et façonner notre compréhension du passé.

Pour un peu plus de lecture :

Comment aider les oiseaux en hiver ?

Pourquoi les saisons semblent-elles décalées ?

Comment les anciens navigateurs s’orientaient-ils sans GPS ?

Comment notre quotidien influence-t-il le climat ?